Nana


40 ans, 2 enfants, cheffe d’entreprise

 

« Je suis arrivée en France dans le cadre d’un regroupement familial, en 1986 j’avais alors 13 ans. Jusque là, je vivais loin de mes parents, chez ma grand-mère au Ghana. Les conditions de vie étaient très difficiles. Le plus dur était d’aller chercher l’eau, il fallait marcher des kilomètres. Ça a forgé mon caractère, et j’ai toujours été combative, travailleuse. Quand je suis arrivée en France, je ne parlais pas la langue, j’étais anglophone, ça a donc été une priorité pour moi d’apprendre le français. J’ai été parachutée en 6ème alors que je n’avais pas le niveau. Ensuite, j’ai enchaîné les formations, et j’ai trouvé un poste d’hôtesse de caisse. Et puis ma grand-mère est décédée en 2007 et là ça a été le déclic. Je suis retournée au pays pour les funérailles. Tout mon passé est revenu en boomerang, émotionnellement c’était très dur. Là j’ai pris conscience que si je ne bougeais pas, j’allais finir ma vie comme caissière et ça je ne le voulais pas. J’avais des rêves plus grands, et il fallait que je prenne ma vie en main. En revenant en France, j’ai pris 3 ans de disponibilité dans le cadre d’un projet de création d’entreprise. De fil en aiguille, j’ai crée ma propre société de services à la personne, Bio Net Pro ! Je vais bientôt embaucher ma première salariée. Je suis la plus heureuse du monde ! J’ai ma petite entreprise qui ne connaît pas la crise ! Ma petite maison, mes enfants, mon mari, et la vie devant moi ! »

 

photo : Bénédicte Van der Maar

entretien et texte : Bouchera Azzouz

série : héroïnes du quotidien